EN UN MOT

  • Louis Émond

APPORTER, EMPORTER, AMENER, EMMENER

Voilà quatre verbes ayant une définition semblable : se rendre d'un lieu à un autre avec quelque chose ou quelqu'un.


Seuls les suffixes et les préfixes les différencient.


SUFFIXE? PRÉFIXE?


Le préfixe est ce petit bout de mot - quelques lettres - qui se trouve au début d'un autre mot et qui en oriente le sens.


Par exemple, le préfixe anti renvoie à l'idée d'opposition.


Être anti, c'est être contre.

  • antiraciste : opposé au racisme

  • anticonstitutionnellement : d'une manière contraire à la constitution (et plus long mot dans le dictionnaire... après élastique, bien sûr!)

  • antivol : qui prévient ou empêche le vol.

Le suffixe lui, fait pas mal la même chose, mais il se trouve à la fin des mots.


Ainsi, le suffixe cide porte l'idée de tuer.

  • homicide : tuer un être humain

  • suicide : se tuer

  • insecticide : tuer des insectes

  • génocide : tuer tout un peuple ou un groupe ethnique


LES DEUX SUFFIXES


Réglons d'abord la question des suffixes d'apporter, emporter, amener et emmener.


Le suffixe porter fait référence à l'action de prendre dans nos bras, de tenir, de soutenir.


Apporter signifie donc porter dans nos mains, nos bras, nos épaules voire le dessus de notre tête! (Pour ne pas compliquer les choses inutilement, on va oublier ici le vent, la mort, les flots, les idées... et tout autre sujet plus abstrait.)


Exemples : apporter une boîte, emporter un souvenir, transporter de l'eau, porter un bagage ou son bébé, etc.


Le suffixe mener, de manière générale, concerne davantage les êtres vivants. Oui, bien sûr, ici aussi, il y a des exceptions : mener la danse, mener le bal, mener la discussion... Mais dans la vaste majorité des cas, on utilise les verbes se terminant par mener quand il est question d'un être humain ou d'un animal.


Exemples : emmener sa fille à l'école, mener les bêtes au champs, ramener son père chez le dentiste, etc.


(Mon père disait souvent : on apporte une chose mais on aMÈNE quelqu'un par la MAIN.)


LES DEUX PRÉFIXES

Dans emporter, emmener, apporter et amener, la différence entre les préfixes em et a est nettement plus subtile.


Un verbe commençant par em - emmener ou emporter -, met l'accent sur le lieu d'origine.


En voici un exemple :


« En quittant le vignoble, j'ai emporté quelques bonnes bouteilles. »


Par son verbe, cette phrase met l'accent sur le vignoble (lieu d'origine, point de départ).


Par contre :


« Je vous ai apporté quelques bonnes bouteilles pour ce soir. »


Cette phrase met l'accent sur les gens à qui sont destinées les bouteilles (lieu d'arrivée).


Voici un autre exemple.


« J'emmène tout le monde avec moi! Vous serez là-bas dans une heure!», dit le chauffeur d'autobus scolaire aux trente enfants ravis.


Le verbe emmener met de nouveau l'accent sur le point de départ.


« J'amène tout le monde avec moi! Ils seront chez vous dans une heure! », dit Raoul avant de raccrocher le téléphone.


Ici, le verbe amener souligne le point d'arrivée!


Oui, je vous entends d'ici me dire, les yeux pleins d'espoir : « Alors... il n'y a pas de faute? »


Pas vraiment, non.


C'est à celui qui parle ou qui écrit de décider sur quel élément il veut mettre l'accent : le point de départ, l'origine (préfixe em) ou le point d'arrivée, la destination (préfixe a).


Maintenant, à vous de décider si vous allez apporter avec vous ce que vous venez d'apprendre afin de l'utiliser ailleurs ou si vous allez emporter ce nouvel apprentissage avec vous pour le cas où vous en aurez besoin.


... subtil, hein?

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout