EN UN MOT

  • Louis Émond

SPIRALE 2 (SUR 7 NOTIONS)

Je reviens sur ce dont il fut question dans les capsules du mois de juillet.


COMPRÉHENSIBLE OU COMPRÉHENSIF


Ce qui se comprend facilement est compréhensible. Quelqu’un qui démontre de l’empathie ou de la compassion ou de l’indulgence ou de la bienveillance envers une autre personne est compréhensif.


LES RANGS


Avec un chiffre, premier, deuxième, troisième, etc., s'écrivent : 1er, 2e, 3e, etc. Pas 2ème, 3ème et encore moins 2ième ou 3ième. Un "e". Juste un "e" à partir de 2e. Et quand on féminise 1er « premier », qui devient alors « première », ça ne s'écrit pas 1ère ou 1ière, mais 1re.


SUR/SÛR

Lorsque « sur » veut dire « en haut » ou « au sujet de », il s’écrit sur. Ex. : Elles sont sur le piano. Tout comme le « sur » qui signifie « ayant un goût acide ». Ex. : Ce lait est sur. Cette soupe est sure. Par contre, l'autre adjectif SÛR (au féminin SÛRE) qui est synonyme de « certain » s’écrit avec un accent circonflexe. Ex. : Je suis sûr de ce que je dis.


AU NIVEAU DE

On peut avantageusement remplacer l’expression « au niveau de » par « auprès de », « à propos de », « en ce qui concerne », « en matière de », etc.


L’IDÉE QU’ON « ACHÈTE »

Les anglophones disent « buy the idea », pas nous. Nous, on est d'accord (ou pas d'accord) avec une idée.


APPORTER, EMPORTER, AMENER, EMMENER

On apporte quelque chose dans nos mains, nos bras, sur nos épaules voire sur la tête! Ex. : apporter une boîte, un souvenir, de l'eau, un bébé, etc. Par contre, si on veut mettre l'accent sur le lieu d'origine de la chose, on l’emporte. Ex. : Ma fronde est pour me défendre et ma cithare pour charmer les gens, je les emporte.

On amène une personne ou un animal. Ex. : amener sa fille au parc, mener les vaches au champ, ramener son père chez lui, etc. Mais si on veut mettre l'accent sur le lieu d'origine, le point de départ, on emmène une personne ou un animal. Ex. : emmener sa fille au parc, emmener les vaches des l’étable au champ, etc.

QUE/DONT

On se sert du pronom relatif « dont » si le verbe de la phrase entraîne DE QUI ou DE QUOI. Ex. : Le verbe « parler » est un verbe qui entraîne « de qui » ou « de quoi ». On dira donc : le sujet DONT on m'a parlé. Mais il y en a d’autres : être question de..., souffrir de..., avoir horreur de... s'entourer de... Ex. : L'inepte président dont il est question... La maladie dont souffre une partie de son pays... Ses mensonges dont j'ai horreur... Les thuriféraires dont il s'entoure...

Le pronom relatif « que » s'utilise quand le complément du verbe répond à la question QUI ou QUOI. Il fut élu, cet imbécile. (Cet imbécile qui fut élu!) Nous préférions son prédécesseur. (Son prédécesseur que nous préférions.)


À la semaine prochaine pour du neuf!

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout